Propriétés de Vouvray

LE PETIT BOIS À VOUVRAY

Il y a des maisons qui attirent le regard, des endroits mystérieux qui éveillent la curiosité, qui "vous parlent"... c'est ce que j'ai éprouvé en passant devant la demeure située au 2 allée du Petit Bois à Vouvray... d'autant plus que je m'étais déjà arrêtée devant cette maison à la fin des années 1990. Cette maison de maître porte le nom de "Petit Bois" et l'on retrouve les lettres "P" et "B" joliment ouvragées en haut du portail.

Comme à mon habitude, je consulte le cadastre napoléonien de 1819, accessible sur le site des Archives d'Indre-et-Loire © et je vois que la maison était déjà représentée dans la section E1 de la Fuye avec les numéros de parcelles 1116 et 1117, comme on peut le voir ci-dessous.

En consultant la matrice cadastrale des "États de sections des propriétés bâties et non bâties", à la section E, je découvre qu'au début du XIXe siècle, un certain Duchamp de la Frillière (tiens, ce nom nous dit quelque chose...) était propriétaire des parcelles 1116 (jardin) et 1117 (sol, maison). Ayant effectué des recherches sur l'ancien relais de poste à chevaux de la Frillière en 2018, je fouille dans mes dossiers et je tombe sur un Bulletin de la Société Archéologique de Touraine qui répond à mes questions. Voici ce que relate l'article intitulé "Trois siècles de la vie d'une famille tourangelle : les Duchamp de la Frillière", écrit par Madame E. Georgeon et publié dans le bulletin trimestriel T. XXXVII de 1975 :

"De nouveau le 21 mai 1768 Louis (Duchamp-Duporteau de la Frillière, 1723-1778) agrandit encore son patrimoine. Par devant Me Hubert, notaire à Vouvray, il se porte acquéreur du "Petit Bois" vendu par le sieur Toussaint Lambron. Cet achat comprend une maison de maître, une maison de closiers, des dépendances : granges, caves, pressoirs, boulangerie, etc., un grand verger, des vignes, un bois de haute futaie, des prés. Ce sieur Lambron avait acheté le bien à Victor Taschereau de Lignières, seigneur de Moncontour en 1751. Dans l'acte d'acquisition de Louis Duchamp, il est mentionné que font partie de la vente "pressoirs, râpoirs, tirevins, jallais (jallais ou jallées : seaux en bois à anse fixe), cuves, foins qui sont dans les greniers, avoines, bêtes azines avec leur bât, ainsi que tous les fruits à recueillir, notamment les feuilles des mûriers qui sont plantés en terre."

Cela signifie donc que la construction de cette maison est antérieure à 1768.... Et, une fois de plus, les feuilles de mûriers sont évoquées à Vouvray... car, comme je l'ai indiqué dans une série d'articles sur la sériciculture à Vouvray, nombre de mûriers furent plantés sur la commune, à différentes époques, afin de nourrir les vers à soie destinés à la production de la soie tourangelle.

Louis Duchamp-Duporteau de la Frillière eut deux enfants : Augustin-Louis, né le 17 juin 1767 et Elisabeth, née le 28 janvier 1769. Augustin-Louis devint conseiller de la Préfecture d'Indre-et-Loire en 1814 puis démissionna de ses fonctions à la Préfecture en 1830. Il n'eut pas d'enfant de son mariage avec Mlle de la Mardelle. Quant à sa soeur, Elisabeth, elle épousa René Legras de Sécheval (1757-1840) avec lequel elle eut 8 enfants.

En consultant brièvement les matrices cadastrales des Archives d'Indre-et-Loire, les noms suivants apparaissent au XIXe siècle dans l'histoire des propriétaires successifs du "Petit Bois" : Briand, Gambier de Campy, Mouclier, puis Javary au début du XXe siècle.

Et pour terminer, voici une capture d'écran faite sur Google © Map 2021, de la maison du "Petit Bois", un nom enchanteur. Cela nous permet de voir que le bâti a évolué depuis la représentation cadastrale de 1819.

 

Imprimer E-mail