Vin

LE VOUVRAY DANS L'ILLUSTRATION

En feuilletant des numéros de l’Illustration, nous trouvons une publicité pour le Vouvray. Une réclame qui vaut le détour.

Dans ce numéro du 19 novembre 1932, une publicité vante les mérites du Cristal-Vouvray. « N’est pas Vouvray tout vin qui mousse ! », peut-on lire en titre. Un texte décrit la déception d’un couple qui se délectait d’avance de boire du vin mousseux, mais qui fait la grimace car il n’a pas choisi la qualité d’un Cristal-Vouvray. Le liquide est présenté comme un Vouvray mousseux, le seul vin qui, avec le vin de Champagne, est « celui qui s’accorde le mieux avec la mousse ». « Traité comme le Champagne », c’est « un vin de grande classe, racé et délicieux, et que l’on peut boire souvent… sans se ruiner ».

 

 

Et le blason de ce producteur enfonce le clou : « N’est pas Vouvray tout vin mousseux, n’est pas Cristal…Vouvray qui veut ».

La maison Cristal-Vouvray proposait à l’époque du doux, du demi-sec, du sec et de l’extra sec. C’était avant l’AOC naturellement. Cette maison, qui était dirigée par la veuve A. Violette et ses fils, se trouvait au château de Vaudenuits et si vous êtes observateur, vous ne pouvez pas avoir raté l'inscription Cristal-Vouvray sur le mur de cette maison qui borde la D952, entre le pont de Cisse et le carrefour de Vouvray (avec les restaurants). Eh oui, c'était un petit bar de dégustation, qui avait été installé par les Etablissements Viollette.

 

Imprimer E-mail