Vin

80 ANS DE L'AOC : RETOUR SUR LA SUCCESS STORY DE VOUVRAY

C’est en 1936 qu’est née l’AOC Vouvray, comme d’ailleurs bien d’autres appellations d’origine contrôlée en France. Mais, les vins du cru sont bien antérieurs. Rabelais les évoque dans Gargantua, dès 1533. Ils étaient déjà commercialisés en Europe du Nord au XVIIe siècle et ont atteint une belle notoriété dès les années 30, au siècle dernier. La reconnaissance de l’AOC par l’INAO (Institut National de l’Origine et de la qualité) a permis de délimiter une aire géographique, garante de la préservation du terroir.

Un certain nombre d’acteurs ont contribué à l’essor de ce vignoble.

Charles Vavasseur (1867-1950)
Député et maire de Vouvray, il a joué un rôle important. Il a contribué notamment au développement de la production et de la qualité des vins tranquilles, et surtout d’effervescents, pendant l’entre-deux guerres. Son action a ouvert la voie à la reconnaissance de l’AOC. On doit aussi à Charles Vavasseur la confrérie de la Chantepleure, encore active à Vouvray.

Gaston Huet (1910-2002)
Autre figure emblématique de ce vignoble, il a permis de pérenniser l’appellation. Maire de Vouvray pendant plus de quarante ans, il siège au Comité National de l’INAO et se montre un fervent défenseur des vins de Vouvray. Il a aussi milité pour la production de vins de grande qualité. A la tête d’un domaine prestigieux, et qui porte toujours son nom, il était d’ailleurs surnommé le « Pape du Vouvray ».

Il faut également citer Michel Foltz (château de Moncontour) qui a développé de nombreux nouveaux marchés, notamment en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, ainsi que Jacques Puisais (directeur du Laboratoire de Touraine) pour son rôle dans l’évolution technique du vignoble.

L’appellation Vouvray a connu plusieurs présidents, qui ont chacun marqué leur époque et impulsé un nouvel élan.

Ainsi, Jules Delaleu (de 1947 à 1966) a initié la vente directe et fut un précurseur de l’onenotourisme. Edgard Mouzay (de 1966 à 1983) était à la tête d’un vignoble historique. C’est dans son ancienne propriété qu’est installé aujourd’hui l’espace du vin à Vouvray. Philippe Brisebarre (de 1989 à 2013) a permis au syndicat de monter en puissance, tout comme à l’AOC de se développer avec des plantations atteignant 80 % de la superficie délimitée.
L’actuel Président est depuis 2013 Jean-Michel Pieaux (domaine du Margalleau à Chançay).

80 ans de l'AOC Vouvray

Deux anniversaires qui se télescopent

Alors que l’on célèbre les 80 ans de l’AOC Vouvray, cet anniversaire coïncide avec le 1700ème anniversaire de la naissance de Saint-Martin. La légende raconte que l’évêque de Tours, qui dirigeait alors le monastère de Marmoutier, aurait fondé au Ive siècle (en 372) le vignoble de Vouvray, en plantant les précieux ceps sur les coteaux surplombant la Loire. La gourmandise de son âne lui aurait fait découvrir les bienfaits de la taille courte pour les vignes.

L’AOC rend hommage à Saint-Martin par un itinéraire touristique à travers les vignes, ainsi que par un muselet collector aux couleurs de sa cape sur les vins à fines bulles.

Quelques dates à retenir :

  • 1906 : Naissance du syndicat des vins de Vouvray,
  • 1936 : Vouvray devient une appellation d’origine contrôlée,
  • 1937 : Sylvain Mignot devient Président de l’AOC, création la même année de la confrérie de la Chantepleure,
  • 1947 : Millésime d’anthologie, qualifié d’année du siècle,
  • 1959 : Autre millésime mythique,
  • 1960 : Développement des vins de Vouvray à l’export,
  • 1980 : Montée en puissance d’une nouvelle génération de vignerons,
  • 1989 : Naissance de la confrérie des Goûteux de Bernache,
  • 1989-90 : Années exceptionnelles pour les moelleux,
  • 2003 et 2009 : Années remarquables pour l’AOC,
  • 2010 : Inauguration de l’Espace du Vin, lieu de rencontre et d’échange au sein de l’appellation,
  • 2016 : 80 ans de l’AOC, réalisation d’une fresque par l’artiste Michel Audiard qui retrace le chemin parcouru.

L’AOC Vouvray en chiffres :

  • 8 : le nombre de communes de l’AOC (Vouvray, Rochecorbon, Parçay-Meslay, Tours, Vernou, Chançay, Noizay, Reugny),
  • 150 : le nombre de vignerons à Vouvray,
  • 3000 : le nombre d’hectares de l’appellation, qui s’étend sur une vingtaine de km en amont de Tours,
  • En 40 ans, les superficies sont passées de 1400 à 2300 ha,
  • 110 000 : la production en hectolitres, par an en moyenne, avec 60 % de fines bulles et 40 % de vins tranquilles,
  • 2/3 : la part des vins tranquilles vendus à l’export,
  • 9 sur 10 : les bouteilles de fines bulles commercialisées en France,
  • 5 à 10 ans : le temps de garde qui donne sa maturité aux vins de Vouvray, à qui l’on prête une longévité exceptionnelle,
  • 90 millions d’années : l’âge du calcaire turonien qui confère au terroir son originalité.

Ce qui fait la singularité de Vouvray

Outre son cépage 100 % chenin blanc, l’AOC se distingue par ses clos (lieux-dits ceints de murs de pierre où le silex se marie au calcaire) et par ses caves troglodytiques (caves creusées dans le tuffeau, à flanc de coteau, qui procurent les conditions idéales d’élevage et de maturation des vins).

Une tradition : la foire aux vins

Chaque année, les vignerons font déguster leurs vins dans les caves troglo de la Bonne Dame lors des week-ends de la Pentecôte (Troglovinum) et du 15 août.

Imprimer E-mail