Littérature

VER-VERT PASSE A VOUVRAY

Paru en 1734, c’est un poème fameux dans la 2e moitié du 18e siècle et même après. Dans le Mémorial de Ste Hélène, Napoléon avoue l’aimer. On imagine l’Empereur, quand il n’avait pas une dame à trousser, prenant ces décasyllabes pour s’endormir. D’ailleurs, l’érotisme n’est pas absent dans ce long poème, mais pas où l’on croit.

Lire la suite

ImprimerE-mail

APPARITION DE GAUDISSART

Comment les noms des personnages viennent-ils à Balzac ? Ce n’est pas simple. Les hypothèses sont multiples.

Lisons L’Illustre Gaudissart.
D’abord, où ? Dans des éditions de La Comédie Humaine, certes. Par exemple dans la Pléïade, volume IV, paru en 1976, qui contient L’Illustre Gaudissart avec une introduction et des notes de Pierre Barbéris. Le roman, paru en 1833, a été raccourci et allégé pour le tome VI de La Comédie Humaine en 1843, où, associé à La Muse du département, il fait partie des « Etudes de mœurs, scènes de la vie de province » (édition Furne).

Lire la suite

ImprimerE-mail

UN ECRIVAIN A VOUVRAY : STEFAN ANDRES (1906-1970)

Par Ingo Fellrath.

     Fils d’un meunier, il est né aux environs de Trèves, sixième de neuf enfants. Son père décède quand il a neuf ans, laissant la famille dans une situation matérielle précaire. Destiné très tôt à la prêtrise, sa scolarité se déroule au sein de l’enseignement catholique : d’abord dans un collège des Rédemptoristes, puis dans une institution dirigée par la congrégation des Frères Pauvres de Saint-François de Sales. Il entre ensuite comme novice dans l’ordre des Capucins, mais au bout d’une année, la hiérarchie lui signifie son renvoi. En 1928-1929, il se prépare au sacerdoce, mais abandonne pour commencer des études de germanistique, de philosophie et d’histoire de l’art sans jamais décrocher de diplôme. Dès 1928, il publie des poèmes, des nouvelles, suivies de deux romans en 1933.

Lire la suite

ImprimerE-mail

POEME SUR VOUVRAY

Jean-Marie Laclavetine, né le 17 février 1954 à Bordeaux, est un éditeur, romancier et polémiste français. Il est aussi traducteur de l'italien. Alberto Savinio, Giuseppe Antonio Borgese, Leonardo Sciascia, Vitaliano Brancati ou Alberto Moravia font partie des auteurs qu'il a traduits. Il vit désormais à Tours.

Voici le poème qu'il a écrit sur Vouvray, pour les habitants de Vouvray, en janvier 2006

 

ImprimerE-mail

WHAT'S IN A NAME?

Dans la préhistoire de la Bibliothèque Municipale de Vouvray, un bibliothécaire avait commis un discours dans lequel il parlait du prénom Vouvray. Oui, du prénom. La source de cette information extraordinaire s'était perdue, et vient seulement d'être retrouvée.

A l'origine, il y a un mouvement "philosophique" canadien, de Colombie-Britannique (Vancouver), appelé les Kabalarians, qui examine les prénoms à la lumière de la numérologie. Libre à eux de croire ceci ou cela. Ce qui nous importe ici c'est que Vouvray soit utilisé comme prénom (masculin et féminin) en Amérique du Nord.
Voici un extrait de ce qu'ils disent sur ce prénom, suivi d'une traduction pour ceux qui ne comprennent pas la langue d'Alfred J. Parker, le fondateur du mouvement.

"Your first name, Vouvray, makes you self-reliant, creative in practical ways, and an independent diligent worker. You work best alone making your own decisions as it is not always easy for you to respond to the advice and direction of others as you feel the need to be in control. You enjoy the simple pleasures of life especially activities that take you outdoors. You have a few good friends who enjoy similar activities. Living much within your own thoughts and finding it challenging to communicate easily with others, you are, at times, too candid and honest in your assessment of situations. You feel this separation from others and would give anything to be always lighthearted and friendly instead of serious and shy. "

Lire la suite

ImprimerE-mail