Musique

CONCOURS DE LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE CAMPANOLOGIE

La Société Française de Campanologie (étude des cloches, clochettes et carillons, ainsi que l'étude du répertoire musical, des usages et traditions qui y sont associés) lance un concours ouvert aux paroisses jusqu'au 31 octobre 2019 en vue de récompenser les paroisses, qui auront réalisé un feuillet, un flyer ou un signet recto-verso décrivant d'un côté les principales caractéristiques des cloches présentes dans le clocher et, de l'autre côté, les usages et le sens des sonneries culturelles.

Lire la suite

Imprimer E-mail

VOUVRAY DE HURLEVENT

Non, nous ne sommes pas dans les landes (moors) du Yorkshire, mais à Vouvray.
C'est que l'orgue installé depuis peu à l'église du bourg provient de cette région d'Angleterre et même du pays des Brontë. Il en porte la marque. C'est là qu'a été écrit le célèbre roman d'Emily Brontë, Wuthering Heights (en français Les Hauts de Hurlevent), publié en 1847. Il me paraît normal de commencer ce billet par un portrait de l'écrivain :

Lire la suite

Imprimer E-mail

CETTE FIDELE SERVANTE

Pour les « Journées Européennes du Patrimoine » de septembre 2010 dont le thème était « Grands Hommes : quand femmes et hommes construisent l'Histoire », j'avais parlé de Charles Bordes. Deux lieux s'imposaient, le monument de Médéric Bruno sur le mur de l'église, et le tombeau de la famille Bordes au cimetière, dans la partie centrale, là où les « notables » sont enterrés.

Ce tombeau est entouré d’une barrière qui le délimite. Au centre se trouve le monument, carré, avec sur chaque face les noms de membres de la famille Bonjean-Bordes. Le sol est recouvert de graviers blancs, devenus gris avec le passage du temps. Une plaque y est insérée et marque que Charles Bordes repose là également, ainsi que son frère Lambert. Près de cette plaque, une palme métallique honore le compositeur. Mort à Toulon le 8 novembre 1909, il a été enterré à Vouvray le 20 janvier 1910. Depuis, personne n’a été enterré là. La plaque et la palme sont du côté sud du tombeau et ne sont pas visibles depuis l’allée. A l’opposé, du côté nord, donc, et donnant sur l’allée principale du cimetière, quelqu’un avait déposé, il y a longtemps, une plaque en marbre assez épaisse (environ 7 cm). Elle était posée sur le sol et sur le socle du monument ; elle était donc légèrement inclinée. Elle était brisée en plusieurs fragments et les cassures étaient très blanches.

Lire la suite

Imprimer E-mail