Jardins

6 FEVRIER 1929 : CREATION DE LA PLACE PUBLIQUE DE LA BONNE DAME

Connaissez-vous la place de la Bonne Dame ?

Place de la Bonne Dame

Regardez bien le plan : une place symbolisée par un carré rouge, un ruisseau qui passe en dessous*, bordée d'un côté par la rue Victor Hugo et de l'autre, par un chemin vicinal qui est aujourd'hui la rue Gambetta... Vous avez reconnu ? Eh oui, c'est la place Vavasseur... Quant à l'endroit marqué de rouge au bas du plan, il s'agit de l'emplacement de la statue de L'illustre Gaudissart. Nous comprenons également que ce qui est aujourd'hui l'allée du Dixième portait autrefois le nom de Chemin rural de la Bonne Dame.

Cette place appartenait au Comité d'Initiative de Vouvray qui a accepté, par un courrier en date du 12 mai 1928, de céder la place à la Mairie de Vouvray; un arrêté du Préfet d'Indre-et-Loire, en date du 6 février 1929, accepte la cession de terrain consenti à la commune par le Comité d'Initiative de Vouvray et vote l'établissement d'un plan d'alignement de cette place.

Un extrait du registre des délibérations de la Mairie de Vouvray, daté du 24 février 1928, nous renseigne sur l'objet de cette place de la Bonne Dame : "l’aménagement d’une place plantée d’arbres dans le but d’améliorer le quartier de la Bonne Dame. Il fait ressortir les avantages que le public retirera de la création de cette place qui, située dans un quartier destiné à s’étendre et à recevoir de nouvelles habitations, sera une réserve d’air pur au milieu des constructions. Elle servira de lieu de jeux pour les jeunes enfants qui pourront y prendre leurs ébats, sans être exposés comme ils le sont trop souvent aux dangers de la route où la circulation des voitures et automobiles augmente chaque année. Le Comité d’initiative ayant terminé les aménagements, le conseil décide d’accepter la cession de cette place qui lui est abandonnée à titre purement gratuit."

Il serait intéressant de trouver des photographies de cette place de la Bonne Dame peu après son aménagement, comment était-elle plantée ? Y avait-il des jeux pour les enfants ? Si vous avez des photographies de cette place, merci de bien vouloir nous envoyer un message par mail à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

* Je suis toujours interloquée de voir que, malgré la présence du ruisseau sous la place et l'interdiction de stationner pour les véhicules de fort tonnage, il y a régulièrement des poids-lourds qui se garent sur ce qui est aujourd'hui la place Vavasseur.

Imprimer E-mail

SQUARE DE L'ILLUSTRE GAUDISSART

Samedi 18 janvier 2020 : Plantation de l'arbre de Judée (Cercis siliquastrum L.) à côté de la statue de L'Illustre Gaudissart. L'association Vouvray Patrimoine remercie Madame le Maire et Madame Nathalie Même pour cette invitation.

Photographie Nathalie Même ©


Un grand merci à Madame le Maire de Vouvray, aux adjoints, membres du Conseil Municipal, aux adhérentes et adhérents de l'association Vouvray Patrimoine pour cette matinée du 23 novembre 2019, très conviviale, de plantations autour de la statue de L'Illustre Gaudissart... notre fameux personnage de Balzac, dont la statue fut exécutée par le sculpteur tourangeau Camille Garand et inaugurée en grandes pompes le 16 septembre 1934.

L'association Vouvray Patrimoine a offert à la commune de Vouvray les plantes mises en terre dans la jardinière du square Gaudissart; plantes dont le nom évoque Balzac, la Loire et le vin, à savoir : le rosier 'Honoré de Balzac' (création de Meilland en 1997), la sauge 'Violette de Loire' et l'iris 'Vin Nouveau' (obtention Cayeux en 1996). L'association Vouvray Patrimoine souhaite ainsi rendre hommage à notre grand écrivain et au patrimoine sculptural de notre commune.

En partenariat avec la mairie de Vouvray, l'association Vouvray Patrimoine va continuer d'aménager et d'entretenir le patrimoine sculptural de la commune (la statue de L'Illustre Gaudissart) grâce au patrimoine végétal vivant... dont personne ne parle jamais en France et qui, pourtant, fait également partie de l'histoire commune et du savoir-faire d'une région, d'un pays, car ce sont des hommes qui créent ces variétés de fleurs et les baptisent.