Propriétés de Vouvray

BEL AIR À VOUVRAY

Lorsqu'un lieu-dit (comme c'est le cas à Rochecorbon) ou une propriété porte le nom de Bel Air, il y a fort à parier qu'il ou elle se trouve en hauteur, là où l'on peut profiter du bel (bon) air...! Une propriété porte ce nom à Vouvray, elle est située au 13 de la rue Gambetta et il faut s'arrêter quelques instants devant le portail d'entrée pour découvrir l'inscription Bel Air gravée dans la pierre du pilier droit. La maison apparaît déjà dans le cadastre napoléonien de 1819, disponible dans les archives numérisées d'Indre-et-Loire, ce qui signifie que sa construction est antérieure à 1819.

Ci-dessous, capture d'écran du cadastre napoléonien de 1819, section G1 dite du bourg, numéro d'inventaire de la pièce 6NUM10/281/010 des Archives d'Indre-et-Loire.

Voici le descriptif des parcelles dans les documents du tout début du XIXe siècle : maison et sol (parcelle 1807), jardin (parcelle 1808), vigne (parcelle 1809) et pâture (parcelle 1809 bis). Ces deux dernières parcelles sont situées de l'autre côté de ce qui est aujourd'hui la rue Gambetta et qui n'était alors qu'un chemin. En étudiant brièvement les matrices cadastrales, l'on constate qu'il y a des changements de propriétaires vers 1860, puis 1870 et enfin 1902. La maison était alors plus petite qu'aujourd'hui, ce qui nous permet de comprendre qu'il y a eu extension, certainement au début du XXe siècle. Il faudrait effectuer des recherches un peu plus poussées pour retrouver la succession des propriétaires et voir l'évolution du bâti.

Les "Collections de Touraine", sur le site des Archives d'Indre-et-Loire, nous permettent d'accéder à un fonds photographique assez important et voici deux clichés, pris par André Arsicaud, à deux dates différentes :

Archives Indre-et-Loire, Collections de Touraine © - Numéro d'inventaire FRAD037_5Fi000297, photo prise le 20 avril 1948 (et Bel Air dans le cercle jaune)

Archives d'Indre-et-Loire, Collections de Touraine © - Numéro d'inventaire FRAD037_5Fi006240, photo prise le 14 octobre 1952 durant les vendanges manuelles dans les vignes situées au-dessus des Verneries et du Dixième. On aperçoit Bel Air de l'autre côté du vallon, dans le cercle jaune. Et l'on remarquera, au passage, que les vendanges étaient plus tardives qu'aujourd'hui...!

 

Imprimer E-mail